Le béret

Le béret

Porter le béret fut, jusqu’au siècle dernier, un élément d’identité culturelle pas seulement dans le pays d’Orthe. Pourtant, quelques hommes ont fait le choix de ne pas le porter. Ce fut le cas de mon grand-père Eugène qui le considérait comme un objet réservé à la basse classe, contrairement à son frère Pascal (photo ci-contre) qui l’a porté dès son plus jeune âge jusqu’à son dernier jour.

 

ORIGINE DU BERET

Depuis toujours les basques, les béarnais, les bigourdans et bien sûr les landais se disputent la paternité du txapela (prononcer « tchapéla »), du bérret, du capet ou du bounet.
Il a fallu une bourde de ce couillon de Napoléon III pour que l’adjectif « basque » soit définitivement accolé au mot « béret ». Mais les béarnais ont les archives pour eux. Personne ne viendra contester qu’ils sont les véritables inventeurs au 17ème siècle du côté de la vallée d’Ossau. Les landais, dont je suis, se consoleront en affirmant haut et fort que le béret ne peut être porté avec élégance que par eux.

 

UTILISATION

Dans la vie courante d’un gascon, il y a au moins deux bérets.

– Celui « de tous les jours » porté au travail, bien souvent culotté comme une pipe par l’acide lactique contenu dans la sueur du crâne. Le feutre stocke bien la moiteur! Imaginez ce que ça donne un jour de battère et de pintère ! Ce premier béret avait d’autres fonctionnalités. Il servait à chasser les mouches autour du jambon et à recadrer les enfants turbulents. Un petit pet amical derrière les oreilles et tout rentrait dans l’ordre.
• Extrait de la Chanson du béret de Perchicot et Jane Pierly, couplet 4 :
« Les parisiens dont l’enfant n’est pas sage,
Pour le fesser prennent un martinet,
Un martinet ! C’est un truc de sauvage,
Nous on lui flanque un bon coup de béret. »

– Et puis celui « du dimanche », porté le mercredi et le samedi au marché de Peyrehorade. Et aussi lors des fêtes de famille ou de village ou bien à l’église d’Orthevielle et, à la sortie, au jeu de quilles de 9 chez BELIN. C’est celui là qu’on mettait dans le cercueil.

– Pour les plus jeunes, un troisième béret est très important, c’est celui des férias et des bandas. Dans la tenue de festayre, de Bayonne à Pampelune, il accompagne le foulard bandana (le panuelo) et la ceinture en satin appelée cinta ou faja. Avec en option la gourde en peau nommée zahato.

Depuis les années 2017-2018 le béret est revenu à la mode. Des stars féminines ou masculines le portent plutôt bien n’est-ce pas?.

LE PORT DU BERET

La plupart du temps, on le porte sur la tête. Il existe un cas particulier où on le porte sous les pieds. Mais non, pas pour cirer le parquet mais pour réaliser, lors d’une course landaise, un « saut pieds-joints dans un béret » au-dessus d’une vachette rendue passablement nerveuse.
Il y a bien sûr plusieurs façons de porter la galette de feutre.
• A la militaire, réglementairement deux doigts au-dessus de l’oreille droite, incliné vers la gauche.
• A la chasseur alpin, jeté sur la tronche comme une pizza, mal cuite, en mal d’amour
• A la facho des années 30, beurk, je veux pas voir ça…
• A la Brigitte Bardot, Diü biban! quelle classe!
• A la dragueur, basculé vers l’avant en cachant l’œil droit (faut pas se tromper d’œil)
• A la marre de vivre, basculé vers l’arrière, cheveux libres au vent
• A la débile, enfoncé par-dessus les oreilles
• A la Jean Lassalle, avec la fierté béarnaise de la vallée d’Aspe
• A la festayre, rouge à Dax, Bayonne et Pampelune, vert à Peyrehorade
Et bien d’autres encore…

Crédit photo : Philippe LABORDE.
Crédit images vidéo : Getty Images et Rue des Archives
Crédit audio : Disco Estrella Vol. 9 – King Africa – Paquito el chocolatero (Rmx 2006)

Hastingues, berceau des Hayet

Hastingues, berceau des Hayet

Hastingues vu de la Sablière

Le village de Hastingues vu de la Sablière

Jusqu’en 1738, les Hayet ou parfois Haget ou Haïet, naquirent et vécurent dans les Bordes de Haut de Hastingues sur les terres de l’Abbaye d’Arthous. La maison mère s’appelait et s’appelle toujours « Ponchon ». En 1872 Jean BRIVET épousa Marie DUPORTUNE dite Cadette née à Arthous. Ils vécurent et moururent au Cam de l’Aïgue tout proche des Gaves Réunis. Leur fille Jeanne (ma grand-mère) naquit au Bérié d’Arthous, à proximité immédiate de l’Abbaye. Ensuite, la famille a rejoint Peyrehorade au quartier d’Igaas avant d’investir Bonnesort puis, beaucoup plus tard, Tournefeuille à Orthevielle. J’ai retrouvé la trace des hastinguots du 18ème siècle dans un ouvrage de Stéphane ABADIE.

Page 188/287 – 1751 – Délibération des habitants de Hastingues sur le partage des communaux avec l’abbé d’Arthous. Un Hayet parmi les signataires.

200/287 – 1752 – Approbation du partage entre les habitants de Hastingues des terrains communaux.
« L’AN MIL SEPT cens cinquante deux et le seiziesme du mois de septembre après midy, pardevant moy notaire royal et des temoins bas nommés en la ville de Hastingues et en assemblée generale de communauté convoquée aux formes ordinaires et au lieu où les assemblées capitulaires ont accoutumé de se tenir, ont eté presens et se sont personnellement constitués, SAVOIR …Pierre Hayet dit Rond ; Bernard Hayet dit Ponchon ;… »

209/287 – 1759 – Bail à rente de six arpents de terre inculte pour Jean PETRAU.
« A comparu aussi Bernard Hayet dit Ponchon laboureur habitant desdites Bordes[3] qui a ofert trois mesure et demy de froment et six mezures de blé d’Inde aussi sur ladite alternative. »

215/287 – 1766 – Mise en ferme du péage et passage fuvial de Hastingues.
« L’an mil sept sept soixante six et le vingt huit du mois de decembre aprés midy en la ville de Hastingues, au lieu où les assemblées ont accoutumé de se tenir, pardevant moy notaire royal soussigné, presents les temoins bas nommés, ont eté en personne sieurs Bertrand Maignon et Bernard Hayet, jurats[1] de ladite presente ville. »

239/287 – 1790 – Déclaration des biens de l’abbaye d’Arthous.
« Plus une paire de jeune boeufs entre les mains de Bernard Hayet autre fesandurier[2] à cheptel et dont tout le capital appartient aux religieux. »

Source : L’abbaye d’Arthous. Sources et documents. Auteur : Stéphane Abadie
Volume II. [Rapport de recherche] – Conseil départemental des Landes. 2017. halshs-02056639

………………………………………………………………………………………………
[1] Jurat : magistrat municipal ayant prêté serment. La maison des Jurats existe encore à Hastingues.
[2] Fesandurier : défnition non trouvée
[3] « Les Bordes » était un quartier bordant le village de Hastingues. « Ponchon » était le nom de la maison berceau de nos ascendants.

La maison mère de Ponchon datée de 1670

La maison mère de Ponchon datée de 1670

J’ai retrouvé Pierre Hayet dit « Rond » (1707-1777) et Bernard Hayet dit « Ponchon » (1698-1772) dans l’arbre généalogique. Ils étaient frères, issus de Jean HAYET et Marie DUPOUY. Le premier frère a eu 6 enfants, le second 13. Nous faisons partie de la descendance de Pierre.

Le site du village de Hastingues

Crédit photo : Jean-Louis HAYET avec l’aimable autorisation de Joël DARRICAU actuel propriétaire de la ferme de Ponchon.