Anselme

Anselme

Anselme Alexis Joseph MARSAL est l’arrière-grand-père paternel de Chantal DUFOUR et maternel de Claude MINVIELLE et Jean-Louis HAYET. Il naît au cœur du Gers du côté de Mirande de parents espagnols. Ceux-ci résident dans deux villages de montagne, Llessui et Sauri, situés non loin du Val d’Aran et de la Principauté d’Andorre. Sa naissance intervient en plein milieu de la 3ème guerre carliste (1872-1876). Cette dernière déclenche d’importants mouvements de population. Des familles entières franchissent les Pyrénées pour se mettre à l’abri en France. Durant leurs séjours, ils louent leurs bras (on les appelle « brassiers ») pour subsister. Pendant que les hommes travaillent la terre, les femmes mendient. En 1866, on ne trouve pas leur trace dans le Gers. C’est en 1872 que toute la famille est présente à Lagarde-Hachan(32). Il y a là le grand-père Charles et son épouse Marie, son fils Antoine et sa Justine ainsi que leurs enfants. Ils sont présents en 1876 avec Anselme né 2 ans plus tôt, ainsi qu’en 1881 mais absents lors du recensement de 1886. Ils reviennent une dernière fois en 1891. A partir de 1896 la migration cesse. Charles, grand voyageur, meurt solitaire à l’âge de 72 ans dans une maison de location de Lagarde-Hachan.

Durant ces 20 années, les jeunes font des conquêtes et s’installent définitivement sur notre sol. C’est le cas d’Anselme qui, âgé de 14 ans, engrosse une Marie gersoise de 9 ans son aînée ! La voilà, en deux coups de cuiller à pot, maman de notre grand-père Jules. L’année suivante, Anselme, décidément en forme olympique, engrosse à nouveau la bougresse et son deuxième fils Raoul apparaît. A 15 ans, le tireur d’élite n’était pas prêt pour assumer un rôle de père. Il laisse donc sa dulcinée s’occuper des marmots pendants 12 années. C’est en 1900 qu’il se décide à épouser la maman et à reconnaître enfin officiellement sa paternité qui figure désormais sur l’acte de mariage.

Deux autres bambins, Joseph et Maurice viennent agrandir la famille en 1901 et 1905. Quatre ans plus tard, Marie décède à Auch à l’âge de 44 ans au 37 rue Rouget de Lisle, apparemment seule.

Pour Anselme une autre vie commence. En 1912, on le trouve à Caux (34), il est maître de chai à Béziers tout proche. Cette année là, il fait la connaissance de Victorine alors jeune trentenaire mariée. Et, encore une fois, l’histoire se répète, Victorine donne naissance à Hubert. Les langues de peille du village prétendent que la paternité revient à l’incorrigible Anselme. Elles en veulent pour preuve le troisième pnom d’Hubert, Alexis, identique au deuxième prénom d’Anselme…

Victorine

Victorine

En 1914, il figure sur une liste d’hommes mobilisables à Caux mais finalement il échappe aux combats de la grande guerre. En 1920, il épouse à Caux Victorine veuve depuis deux ans. Au recensement de 1936, alors âgé de 62 ans, on le trouve avec Victorine à Neffiès(34). Il est ouvrier agricole dans l’exploitation viticole de la famille Marcorelles. Il décède l’année suivante au printemps 1937 à Néffiès. Victorine décède elle aussi dans ce même village en 1952.

R.I.P. Anselme !

Je remercie Jean-Pierre ROUX, arrière-petit-fils de Victorine, pour les photos d’Anselme et Victorine ainsi que les informations fournies sur les tribulations du couple.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires